La Révolution et moi… Mohamed Aziz, commerçant

Written by on 14 mars 2012 in La Révolution et moi - No comments

Ce souriant gérant d’une petite boutique d’artisanat au cœur de Sidi Bou Saïd, âgé de 40 ans, est titulaire d’une maîtrise de droit. Mohamed Aziz Battikh est passionné de politique. Optimiste, il veut croire en l’instauration d’une démocratie durable dans son pays.

Mohamed Aziz Battikh, vendeur à Sidi Bou Saïd. (photo CFJ / Pauline JACOT)

• Le 14 janvier ? « C’était un peu la folie. Il y avait des manifestations partout, des événements, des rassemblements à tous les coins de rue. C’était aussi un symbole : celui du jour où Ben Ali a pris la fuite. J’étais devant ma télévision, avec ma famille. Mais mon cœur et mon âme étaient avec les manifestants. Tous les gens ne sont pas descendus dans les rues. Mais la grande majorité des Tunisiens étaient heureux, ce jour-là. Et puis, notre Révolution était pacifique. Tout s’est passé tranquillement, avec douceur. L’armée n’a pas tiré sur le peuple. »

L’ancien régime ? « Sous Ben Ali, la Tunisie s’en sortait, économiquement et socialement. Le véritable problème, c’était la corruption de masse organisée par la famille Trabelsi. Les gens n’en pouvaient plus – c’était insupportable. Voilà pourquoi le régime est tombé. »

 • La situation actuelle ? « Ça va se calmer. Vous savez, la Révolution française a pris du temps, des années et des années, avant un retour au calme. Pour nous, c’est la même chose. Il faut du temps, de la patience. Ne précipitons pas les choses. Le gouvernement actuel est un gouvernement transitoire. Il est légal et a été élu démocratiquement. Le Président du pays était un résistant – il a toujours combattu la dictature. »

• Le tourisme ? « Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un soutien moral et financier, pour que la Tunisie puisse mettre en œuvre une relance économique. Ici, à Sidi Bou Saïd, les touristes ne viennent plus. C’est pourtant indispensable pour nous. »

• L’avenir de la Tunisie ? « Je suis très optimiste. Les tensions vont s’atténuer. Même s’il y a des manifestations un peu partout, ça ne signifie pas que la Révolution soit un échec. Avec le temps, ça va aller. Nous comptons aussi sur les pays occidentaux. Ils doivent investir ici, sur la règle gagnant-gagnant, pour aider l’économie du pays. »

Propos recueillis par Daphnée BREYTENBACH

Leave a Comment